© Copyright : DR

Communiqué de presse

Jamais la réalité n’aura autant démenti Éric Zemmour.

Lui qui se plait à pourfendre l’Islam, insoluble dans la république et consubstantiel de l’inégalité Hommes-Femmes, se voit contredit tous les jours par l’actualité récente.

Dans un pays arabe et musulman, la Tunisie, le président de la République Kais Saïed vient de nommer Najla Bouden cheffe de gouvernement, une femme.

Au Maroc, pays arabe et musulman par excellence dont le roi est le chef des croyants, trois grandes villes : Rabat (avec Asmaa Rhlalou, à droite sur la photo), Casablanca et Marrakech sont désormais dirigées par des femmes.

Visiblement cela n’a créé aucun trouble ni chez les musulmans tunisiens ni chez les marocains.

Oui, monsieur Zemmour, il est possible que des musulmans, riches d’un Islam éclairé, décident de confier les rênes de leur ville ou de leur pays à des femmes, reconnues non pas pour leur genre mais par leurs compétences.

Cela s’appelle la laicité et notre pays, la France, en a fait un trésor national.

.

Fadila MEHAL

Fondatrice des Marianne de la diversité

.

.

Photo : (c) DR

Félicitations à Fatima Massau

Les Marianne de la diversité félicitent chaleureusement Fatima Massau, Responsable de l’antenne Hauts-de-France de l’association, pour son élection comme Conseillère régionale des Hauts-de-France et sa vice-présidente de la Commission « Affaires familiales et sociale ».

L’engagement des femmes en politique est essentiel. Notre association, bien qu’apolitique, salue cet engagement dont ses membres font preuve quelle que soit la coloration politique personnelle de chacun et chacune, tant qu’il s’inscrit dans le respect des valeurs républicaines. Nous lui souhaitons une bonne mandature.

Dîners des républicaines : un démarrage réussi

Le premier dîners des républicaines organisés par notre association s’est déroulé le 15 juin dernier.

Dans une salle comble (mais dans le respect des règles sanitaires), Farida Adlani et Florence Portelli, vice-présidentes de la région Île-de-France et représentantes de Valérie Pécresse pour les élections en cours, ont répondu aux questions des différentes intervenantes. La qualité des débats a été saluée par l’ensemble des participants.

Revivez cette soirée enrichissante grâce aux vidéos et photos captées lors de ce dîner.

Avec Bouchera Azzouz, présidente des « Ateliers du féminisme populaire »
Avec Suzanne Nakache, présidente de Langage de femmes qui rassemble chrétiens, juifs, musulmans, agnostiques pour le vivre ensemble
Avec Chantal Clem, une plaidoirie pour les femmes de l’Outre-mer

Les femmes dans le débat : organisation des « dîners des républicaines » à l’occasion des régionales

Fidèle à sa vocation, les Marianne de la diversité avec l’association les « Sans voix » organisent durant ces élections régionales du 20 et 27 juin 2021  « les dîners des républicaines ».

Avec les têtes de listes ou leurs représentants, nous organisons deux dîners républicains au Restaurant « Chez ma belle-mère », 257 avenue Daumesnil Paris 75012, métro Daumesnil :

  • Mardi 15 juin à 19h avec les représentantes de Valérie Pécresse, Farida Adlani Vice-présidente de la région et Florence Portelli, Vice-présidente de la région.
  • Vendredi 18 juin à 19h avec l’équipe de Marlène Schiappa, Nathalie Sonnac, sa porte parole et Samia Brahimi, militante associative.

Ces personnalités politiques seront interrogées par des têtes de réseaux associatifs sur les compétences et l’action de la région Île-de-France France.

Compte tenu du contexte sanitaire, les inscriptions sont limitées et obligatoires.


Inscription pour le dîner du 15 juin ici : https://www.weezevent.com/les-diners-des-republicaines-les-femmes-dans-le-debat-public


Menu à 35 € tout compris
Entrées au choix : guacamole maison – petits nems au poulet
Plats : bavette d’aloyau et pommes de terre écrasées – filet de Bar sauce vierge
Dessert : salade de fruits frais – cheesecake maison, coulis de fruits rouges.
Eau plate et pétillante comprise – Tous les alcools ou vins sont en supplément

Les Marianne de la diversité sont de retour !

Après une pause, nous sommes heureux de vous retrouver sur cette nouvelle adresse. Vous retrouverez avec plaisir nos principales réalisations, notamment les colloques auxquels vous avez été si nombreux à participer, ainsi que notre fabuleuse exposition « Les femmes et la diversité au cœur de la République », toujours disponible et qui circule dans les établissements scolaires de toutes les régions.

Nous avons hâte de vous retrouver prochainement lors de nouveaux événements pour porter les valeurs qui nous animent depuis la création de l’association en 2005.

Colloque « La parité et la diversité, c’est maintenant ! » à l’Assemblée nationale le 19 novembre 2012

En 2012 se tenait à l’Assemblée nationale le colloque « La parité et la diversité, c’est maintenant ! », à l’initiative des Marianne de la diversité et en partenariat avec l’association Les sans-voix. Retrouvez ci-dessous le programme et les éléments marquants de ce colloque qui a marqué les esprits et a permis l’émergence de propositions concrètes.

Programme-19-nov-PDF

7-propositions-marianne

Colloque « La parité et la diversité dans l’entreprise : une égalité (encore) sous condition »

Colloque du 12 octobre des Marianne de la diversité à l’Assemblée nationale : la parité et la diversité dans l’entreprise,  une problématique brûlante.

Le 12 octobre 2009, l’illustre salle Colbert dans son style Louis XVI, au premier étage du Palais-Bourbon, a accueilli le colloque intitulé : «  La parité et la diversité dans l’entreprise : Une égalité sous conditions. », à l’initiative des Marianne de la diversité très impliquées dans le monde politique et associatif et de l ‘Association française des Managers de la diversité (AFMD) très présente dans les rouages économiques. Une affluence record pour cet événement majeur (plus de 250 personnes) qui marque la rentrée de nombreuses personnalités : hommes politiques, acteurs de l’entreprise et des médias. Ce colloque était placé sous le patronage de Xavier DARCOS, ministre du travail et de la famille et de Christine LAGARDE , ministre de l’économie.

Sous l’animation fort remarquée et remarquable de Nadia BEY, journaliste à Radio Orient, les débats se sont articulés autour du Rapport préparatoire à la concertation avec les partenaires sociaux sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes présenté par Brigitte GRESY, Inspectrice générale des affaires sociales et ancienne responsable du Service des droits des femmes et de l’égalité. Dans un premier volet, ce rapport se propose d’établir un bilan des différences de traitement entre les femmes et les hommes en matière d’accès à l’emploi pour présenter des propositions en faveur de l’égalité professionnelle et salariale. Dans son second volet, il préconise des sanctions à l’encontre des instances de décisions des entreprises.

Les échanges suscités par la problématique de la parité et la diversité ont dépassé le cadre de l’entreprise, tout en constatant que le paradigme de la croissance ne peut s’envisager sans cette diversité.

Dans son intervention, Jean François COPE recentre le débat sous trois sphères :

  • La sphère politique axée autour de plans de formation et de mobilisation dans le cadre d’un management participatif. De ce point de vue les Marianne de la diversité ont rédigé une charte de la diversité à l’intention de tous les partis politiques
  • La sphère entreprise orientée vers une présence active des femmes au niveau des conseils d’administration. Il annonce qu’il met en place une commission de travail à l’assemblée pour avancer sur le sujet
  • La sphère Sociétale à travers les espaces de débats sur la place de la femme. A ce titre, il fait référence à Génération France.fr, club de réflexion dont il est cofondateur.

Actions fortes en réponse à un rapport alarmant

La synthèse du rapport sur la parité et la diversité dans l’entreprise abordée par Brigitte GRESY fait ressortir que les lois votées jusqu’à présent n’ont pas inversé la tendance d’un constat d’échec sur la discrimination à l’égard des femmes. Elles représentent les deux tiers des bas salaires et émargent deux fois plus que les hommes au SMIC. Mal payées, peu qualifiées, elles sont plus nombreuses que les hommes à occuper des emplois précaires et à temps partiels. A noter que près de 69 % des femmes cadres se heurtent à ce fameux « Plafond de verre » qui consiste à leur rendre inaccessible les postes en corrélation avec leurs réelles compétences. Par ailleurs, l’étude montre les dysfonctionnements suivants :

  • Une ségrégation professionnelle : les femmes constituent 47 % de la population active en France et 83 % des femmes âgées de 25 à 49 ans travaillent, contre 95 % des hommes de la même tranche d’âge.
  • Une bipolarisation du travail perdure entre les femmes qualifiées et non qualifiées.
  • Une asymétrie des transitions professionnelles : 40 % des femmes déclarent que la naissance du premier enfant influe sur leur vie professionnelle contre 6 % des hommes.
  • Des inégalités sur divers plans : formation continue concerne 32 % de femmes contre 45% d’hommes ; disparités dans les retraites ; disproportion des femmes dans le travail partiel ; congé parental, 98% sollicité par les femmes, etc.
  • Une discrimination insidieuse qui ne se voit pas et crée une forme de tolérance d’ensemble (cf. Petit traité de sexisme ordinaire par l’auteure du rapport sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes)

C’est à ce titre que Marie-Jo ZIMMERMANN, Présidente de la délégation de l’Assemblée nationale aux droits des femmes et de l’égalité des chances entre les hommes et les femmes considère que ce rapport représente une pièce maîtresse pour légiférer et que la proposition de loi enregistrée le 18 mars 2009, dont elle est co-rédactrice est d’actualité. La loi reste la seule garante pour influer sur la composition des conseils d’administration, des prud’hommes et de toutes les instances professionnelles. La question de l’égalité entre hommes et femmes ne peut représenter un point de discorde. Elle abonde dans ce sens en évoquant la réforme territoriale, elle observe que le vote uninominal aux prochaines échéances signera « l’arrêt de mort de la parité. ». Elle termine en soulignant qu’elle va prendre l’initiative d’un projet de loi pour avancer sur la parité dans les CA des entreprises

Des témoignages qui confirment un constat accablant

La table ronde animée par Alexandra PALT et présidée par Soumia MALINBAUM a permis aux intervenantes d’apporter chacune des témoignages qui ont mis en avant les difficultés des femmes de concilier l’équilibre entre la vie professionnelle et privée. Véronique ROUZAUD évoque l’impératif de démontrer en permanence, une exemplarité asymétrique dans tout acte, tout comportement. Brigitte DUMONT propose une convention de conduite en déployant des actions de Shadowing (opération de parrainage les jeunes femmes par les aînées) dans les perspectives entrepreneuriales dans tous les établissements. Un Networking au féminin.

Dans la seconde table ronde consacrée aux médias, Marie-Laure SAUTY de CHALON s’est appuyée sur le rapport ’de Michèle REISER, membre du CSA sur  l’image de la femme dans les media où elle est souvent inaudible et secondaire. M.REISER y dénonce une infériorité numérique (37 % dans le corps des professionnels) et une présence souvent marginale dans les journaux télévisés. Les contributions de Véronique MORALI la fondatrice de Terra Femina  et Elisabeth TCHOUNGUI, journaliste animatrice des Maternelles à France 5, dans la présentation de leurs missions et expériences sont venues étayer les propos développés. Virginie CALMELS, présidente d’Endemol France a témoigné quant à elle de son engagement sans faille dans sa société pour donner plus de responsabilités aux femmes.

La communication de Fadila MEHAL, Présidente des Marianne de la diversité, se place sous l’angle d’une « égalité sous condition » s’appuyant sur les travaux de Réjane SENAC regroupés sous le titre de : « Parity laws : an equality under condition ». Le principe de la parité se retrouve dévoyé dans une sorte de glissement mettant en exergue la pensée d’une égalité dans la différence. Où placer le curseur entre les différences dites « naturelles » et les différences construites dans les rôles et les fonctions ?

Si depuis début 2007, un observatoire de la parité et de la diversité du ministère de l’intérieur est actif, selon Michel MORIN, Préfet hors cadre, Bariza KHIARI, Sénatrice de Paris, interpelle l’assistance en observant que les combats pour la parité et la diversité ne sont plus à justifier. En effet, la discrimination ethnique reste une problématique très liée à celle de la parité.

Pour Ghislaine PIERRAT, Docteur en communication politique, il y a un constat sans équivoque dans la lenteur de l’émancipation des femmes tout en regrettant que les Media se soient écartés de cette question.

Bernard SPITZ, Président de la commission « Media et diversité » analyse le principe de discrimination comme une chaîne de plusieurs éléments de rupture pour conclure que la diversité est nécessaire pour construire l’unité.

C’est sous l’esprit de l’unité que s’est conclu le colloque avec la promesse des Marianne de la diversité de rédiger avant la fin de l’année des actes de ce colloque et de les transmettre à tous les participants, contribuant ainsi de façon active à la mobilisation générale de la société pour que femmes obtiennent la place et le rang que méritent leur talents et leur dynamisme.

                                                                          Lokman Lounes

Livres MarianneS

En 2015 paraissait le livre MarianneS, sous la direction de Fadila Mehal, Présidente de notre association. Retrouvez ci-dessous la présentation de cette grande fresque retraçant l’histoire des femmes et de leur émancipation en France au XXème siècle.

L’ouvrage est disponible notamment sur les sites suivants :
Fnac
Amazon

DP-MarianneS