Warda Yahi : une Marianne de la diversité nous quitte 

C’est avec une immense tristesse que nous apprenons la perte cruelle de Warda Yahi,que nous appelions affectuusement Nini, la maman adorée de notre amie #Bornia Tarall. Elle était à nos côtés  lors de la création des MDLD , elle est toujours restée présente dans nos actions et nos projets .

Lors du dernier Tour de France des femmes et des mères des quartiers populaires que nous avons organisé après les émeutes de juillet, c’est elle qui a ouvert sa porte pour accueillir la rencontre de #Strasbourg

À gauche, Nini, chez elle à Strasbourg, avec les Marianne.

Notre cœur pleure de la voir partir pour une autre éternité. Nous avions une immense tendresse pour elle et une admiration sans borne pour son parcours de femme et pour sa vie exemplaire.

Nous adressons à notre amie #Bornia Tarall et à toute sa famille,  les condoléances attristées des Marianne de la diversité. Elle restera à jamais dans nos cœurs et nos pensées.

Revivez en images la restitution du Tour de France des quartiers

Elles sont toutes venues pour restituer les paroles des femmes rencontrées lors du Tour de France exceptionnel des femmes et des mères, organisée par les Marianne de la diversité.
Merci à Olivier MOUSSON, Président de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale de nous accueillir dans la belle salle Lumière de l’Hôtel de l’industrie.
Notre marraine Gisèle BOURQUIN, Présidente de Femmes au-delà des mers.
Notre marraine Bariza KHIARI, Présidente de l’ALIPH et ancienne vice-présidente du Sénat.
L’Histoire des quartiers populaires, c’est aussi le 40ème anniversaire de la marche pour l’égalité de 1983, avec Samia MESSAOUDI, co-fondatrice de « Au nom de la mémoire ».
Première table ronde « Les sentinelles de la cohésion sociale » avec Isabelle MARANE, brigade des mères 19 et 20ème Paris, Stevyne N’ZABA de Sarcelles, Fatima BENJOU, de Mont de Marsan, Mebrouka HADJADJ de La Courneuve.
Deuxième table ronde « Pour la paix dans les quartiers » avec Maud GATEL, députée de Paris et Secrétaire générale du MODEM, Bruno POMART, Raid Aventure, Pierre-Yves BOURNAZEL, Conseiller de Paris, Horizons, Nessrine MENHAOUARA, Maire de Bezons, PS, modération Dalila KAABECHE, Responsable Ile-de-France MDLD.

L’artiste Kabyle DJUR-DJURA accompagnée par Malika à la Lyre égyptienne.
Grand succès des « Beautés de l’ombre » qui incarnent par leur beauté et leur élégance une diversité qui s’assume et revendique sa citoyenneté.
Les colombes de la paix avec l’association Langage de femmes, sa présidente d’honneur Anne-Marie REVCOLEVSCHI accompagnée de Suzanne NAKACHE. Un discours fort qui s’appuie sur la volonté de cheminer ensemble pour faire reculer l’antisémitisme et le racisme.
Les 23 propositions des Marianne de la diversité et des femmes rencontrées, présentées par Fadila MEHAL, Fatima MASSAU, responsable Hauts-de-France MDLD, Dalila KAABECHE, responsable Ile-de-France MDLD.
Pour clôturer le colloque, la présidente du HCE, Sylvie PIERRE-BROSSOLETTE nous a fait l’amitié de se joindre à nous.

Les Mariannes de la diversité, c’est avant tout de la sororité !

Première rencontre avec les femmes et les mères des quartiers populaires, samedi  15 juillet à Beauvais, dans le cadre du Tour de France organisé par les Marianne de la diversité

Sous la houlette de Fatima Massau, coresponsable de l’antenne Hauts-de- France, une quinzaine de femmes et d’associations ont échangé lors d’un petit- déjeuner convivial. L’objectif de cette rencontre est de donner la parole à ces mères pour voir comment elles ont vécu les émeutes de ces dernières semaines après la mort du jeune Nahel.
Les mots utilisés par ces femmes et mamans et qui reviennent souvent dans la conversation sont : 
colère, révolte, honte, inquiétant, un grand échec de l’État, ou encore une tragédie et c’est malheureux d’en arriver là ! La France n’a jamais été autant malmenée. Une autre dit : on est tous et toutes responsables. Une maman a dit aussi : j’ai mal à ma France qui nous a accueilli, mais comment en sommes- nous arrivés là ? 
La responsabilité est partagée, mais je ne suis pas d’accord quand la police tue, dit une autre maman, c’est un policier qui a tiré et tué un gamin, il n’avait pas ce droit. Et de rajouter : nous avons besoin des forces de l’ordre pour protéger les citoyens. Comme dans une famille il faut rester uni dit une autre.
Une épouse de policier présente lors de la rencontre témoigne aussi : on ne parle pas du travail pénible des policiers, on ne parle pas des suicides dans la police, on ne parle pas des policiers tués. Elle rajoute : cela n’excuse en rien le geste tragique du policier qui doit répondre de ses actes.

Après le ressenti, des constations fusent : problèmes de logements ; pourquoi mettre les étrangers dans des quartiers qui sont devenus des ghettos ; pourquoi mettre les jeunes des quartiers dans des écoles zones sensibles ; où est l’égalité des chances dans une école deux poids deux mesures…

Des mamans ont proposé :

  • le retour de la police de quartier pour favoriser le dialogue entre les jeunes et la police ;
  • l’instruction civique à rajouter au programme scolaire dès la primaire ;
  • le service national universel obligatoire avec rémunération d’au moins un mois voire trois mois ; 
  • la mise en place d’une rencontre parents/prof une fois par trimestre pour faire le point et le suivi des jeunes…

Enfin, il faut parler d’Enseignement et non d’Éducation, car l’éducation se fait à la maison, chacun doit assumer son rôle.