Revivez en images la restitution du Tour de France des quartiers

Elles sont toutes venues pour restituer les paroles des femmes rencontrées lors du Tour de France exceptionnel des femmes et des mères, organisée par les Marianne de la diversité.
Merci à Olivier MOUSSON, Président de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale de nous accueillir dans la belle salle Lumière de l’Hôtel de l’industrie.
Notre marraine Gisèle BOURQUIN, Présidente de Femmes au-delà des mers.
Notre marraine Bariza KHIARI, Présidente de l’ALIPH et ancienne vice-présidente du Sénat.
L’Histoire des quartiers populaires, c’est aussi le 40ème anniversaire de la marche pour l’égalité de 1983, avec Samia MESSAOUDI, co-fondatrice de « Au nom de la mémoire ».
Première table ronde « Les sentinelles de la cohésion sociale » avec Isabelle MARANE, brigade des mères 19 et 20ème Paris, Stevyne N’ZABA de Sarcelles, Fatima BENJOU, de Mont de Marsan, Mebrouka HADJADJ de La Courneuve.
Deuxième table ronde « Pour la paix dans les quartiers » avec Maud GATEL, députée de Paris et Secrétaire générale du MODEM, Bruno POMART, Raid Aventure, Pierre-Yves BOURNAZEL, Conseiller de Paris, Horizons, Nessrine MENHAOUARA, Maire de Bezons, PS, modération Dalila KAABECHE, Responsable Ile-de-France MDLD.

L’artiste Kabyle DJUR-DJURA accompagnée par Malika à la Lyre égyptienne.
Grand succès des « Beautés de l’ombre » qui incarnent par leur beauté et leur élégance une diversité qui s’assume et revendique sa citoyenneté.
Les colombes de la paix avec l’association Langage de femmes, sa présidente d’honneur Anne-Marie REVCOLEVSCHI accompagnée de Suzanne NAKACHE. Un discours fort qui s’appuie sur la volonté de cheminer ensemble pour faire reculer l’antisémitisme et le racisme.
Les 23 propositions des Marianne de la diversité et des femmes rencontrées, présentées par Fadila MEHAL, Fatima MASSAU, responsable Hauts-de-France MDLD, Dalila KAABECHE, responsable Ile-de-France MDLD.
Pour clôturer le colloque, la présidente du HCE, Sylvie PIERRE-BROSSOLETTE nous a fait l’amitié de se joindre à nous.

Les Mariannes de la diversité, c’est avant tout de la sororité !

Première rencontre avec les femmes et les mères des quartiers populaires, samedi  15 juillet à Beauvais, dans le cadre du Tour de France organisé par les Marianne de la diversité

Sous la houlette de Fatima Massau, coresponsable de l’antenne Hauts-de- France, une quinzaine de femmes et d’associations ont échangé lors d’un petit- déjeuner convivial. L’objectif de cette rencontre est de donner la parole à ces mères pour voir comment elles ont vécu les émeutes de ces dernières semaines après la mort du jeune Nahel.
Les mots utilisés par ces femmes et mamans et qui reviennent souvent dans la conversation sont : 
colère, révolte, honte, inquiétant, un grand échec de l’État, ou encore une tragédie et c’est malheureux d’en arriver là ! La France n’a jamais été autant malmenée. Une autre dit : on est tous et toutes responsables. Une maman a dit aussi : j’ai mal à ma France qui nous a accueilli, mais comment en sommes- nous arrivés là ? 
La responsabilité est partagée, mais je ne suis pas d’accord quand la police tue, dit une autre maman, c’est un policier qui a tiré et tué un gamin, il n’avait pas ce droit. Et de rajouter : nous avons besoin des forces de l’ordre pour protéger les citoyens. Comme dans une famille il faut rester uni dit une autre.
Une épouse de policier présente lors de la rencontre témoigne aussi : on ne parle pas du travail pénible des policiers, on ne parle pas des suicides dans la police, on ne parle pas des policiers tués. Elle rajoute : cela n’excuse en rien le geste tragique du policier qui doit répondre de ses actes.

Après le ressenti, des constations fusent : problèmes de logements ; pourquoi mettre les étrangers dans des quartiers qui sont devenus des ghettos ; pourquoi mettre les jeunes des quartiers dans des écoles zones sensibles ; où est l’égalité des chances dans une école deux poids deux mesures…

Des mamans ont proposé :

  • le retour de la police de quartier pour favoriser le dialogue entre les jeunes et la police ;
  • l’instruction civique à rajouter au programme scolaire dès la primaire ;
  • le service national universel obligatoire avec rémunération d’au moins un mois voire trois mois ; 
  • la mise en place d’une rencontre parents/prof une fois par trimestre pour faire le point et le suivi des jeunes…

Enfin, il faut parler d’Enseignement et non d’Éducation, car l’éducation se fait à la maison, chacun doit assumer son rôle.

13ème Salon des femmes de lettres – 25 mai 2023 – Cercle national des Armées à Paris 8ème

Le 13ème Salon des femmes de lettres s’est tenu en cette lumineuse soirée, sous la houlette de l’association Cocktail et Culture, pour décerner deux prix féminins : le Prix des femmes de lettres ainsi que le Prix Simone Veil. Ce dernier vise à récompenser, depuis 2012, un ouvrage écrit par une femme, retraçant l’œuvre d’une des femmes marquantes, engagée ou non, de son époque en hommage à l’Immortelle, icône des féministes et personnalité incontournable pour Les Marianne de la Diversité.

Pour le plaisir d’une foule dense et enthousiaste, une soixantaine d’auteures étaient réunies pour dédicacer leurs derniers ouvrages, en présence de la charismatique Michèle Rossi, vice-présidente de l’Association Cocktail et Culture, et amie des MDLD.

Lauréates 2023 : Prix Simone Veil et Prix des Femmes de Lettres

  • Prix Simone Simone Veil 2023 : Félicité Herzog – Une brève libération / Stock
  • Prix des Femmes de Lettres 2023 : Julia Minkowski – Par-delà l’attente / JC Lattès
  • Prix Simone Veil 2023 – Prix de la Mairie du 8ème : Nicole Bacharan – La plus résistante de toutes / Stock
  • Coup de Coeur du Jury 2023 : Elizabeth Gouslan – Scandaleuse Sarah / l’Archipel

Rencontre dédicace dans le cadre du forum France-Algérie

Le public, franco-algérien et français, composé d’universitaires et d’ami(e)s lecteur(ice)s, s’est réuni le 11 mai 2023 autour du roman de Houria Delourme-Bentayeb, Liberté, tel est son nom, aux éditions du Croquant. Le débat a porté sur des questions liées à la guerre d’Algérie et aux harkis. Les échanges riches et passionnants ont montré une réelle volonté de comprendre afin d’aller vers l’apaisement entre les deux pays. L’émancipation de la femme, en filigrane dans l’histoire, a également eu une bonne place.

Ce 17 mai à la Mosquée de Paris, le film « Algériennes en France : l’héritage » était à l’honneur, suivi d’un échange avec la réalisatrice @BoucheraAzzouz, @FMehal, la présidente des ‘Marianne de la diversité’ et Samia Massaoudi, fondatrice de l’association ‘Au nom de la mémoire’. 

Une assistance nombreuse composée notamment de femmes a permis un débat riche et ouvert à l’issue de la projection. Toutes ont interrogé le rôle des femmes dans la lutte de libération mais aussi leur place aujourd’hui au sein de la diaspora algérienne. Fadila Mehal a souligné l’importance de l’engagement citoyen des femmes issues de l’immigration Algérienne et leur rôle actif pour transmettre la mémoire d’une culture séculaire.

Une assemblée générale 2023 des Marianne de la diversité placée sous le signe de la laïcité et de la solidarité avec les femmes iraniennes

C’est dans la salle TINIOUS de la mairie de Paris, salle ô combien symbolique, que les adherent(e)s des Marianne ont choisi de débattre et de valider ce samedi 29 avril 2023 leurs rapports moral, d’activités, financier et d’orientation.
Venues des quatre coins de France: Grand Est, Hauts-de-France, PACA et Ile-de-France, elles étaient accompagnées de leurs marraines de coeur qui ont participé activement à la réflexion sur les orientations 2023-2024.
Le conseil d’administration s’est enrichi de quatre nouveaux admistratreurs (trices), Zineb DOULFIKAR de Nice, Jean FLORES de Grasse, Jassem BOUCHEMAL de Marseille et Houria DELOURME-BENTAYEB d’Ile-de-France qui viennent mettre leur expérience et leur dynamisme au service de l’association.
Beaucoup de projets pour les mois qui viennent, un colloque sur la sauvegarde du patrimoine dans le cadre de la journée mondiale de la diversité de l’UNESCO, une action expérimentale pour l’accès à la fonction publique et aux métiers du numérique, des bourses d’études  attribuées aux étudiant(e)s  travaillant sur le féminisme dans les quartiers populaires et la valorisation de la diversité. Et bien sûr,  continuer à diffuser notre exposition  » les femmes et la diversité au cœur de la République  » dans toutes les régions  de France et les établissements scolaires.
A l’heure où le monde est pleine ébullition et où les crispations sont multiples, les Marianne de la diversité rappellent que le féminisme est un nouvel humanisme et que la diversité n’est pas un fardeau mais un cadeau.

Invitation au colloque Diversité, Parité, Vie politique le 15 décembre 2021

Le colloque « Diversité, parité, vie politique : deux siècles d’engagements, de combats et de reconnaissance » s’attache à valoriser les femmes et les hommes qui se sont battus et engagés pour une l’égalité, dans l’espace politique et les élections depuis la Révolution française.

Ces luttes et revendications politiques traversent deux siècles d’histoire, des premiers engagements du XIXe siècle, en passant par les grandes figures politiques du XXe, jusqu’aux nouveaux enjeux de représentativité politique au XXIe siècle. Dans ce cadre, interviendront chercheurs et chercheuses, responsables associatifs, hommes et femmes politiques et acteurs et actrices du monde de la culture.

Fadila Mehal, présidente des Marianne de la diversité, interviendra lors de l’une des tables rondes intitulée « Parité/diversité : les grandes figures politiques du XXe siècle »

Un colloque organisé par le Groupe de recherche Achac, en partenariat avec le Musée de l’Homme et le Club XXIe siècle, et avec le soutien de la DILCRAH, de l’ANCT et de la Fondation mémoire pour l’esclavage.

>>> Programme complet et inscription à cette adresse <<<

Rencontre avec l’UEJF

Grandes retrouvailles à Paris, avec l’union des étudiants juifs (UEJF) pour fêter le départ d’Orly Cohen-Lugassy qui a porté à bout de bras le dispositif Co-existe, un travail de médiation dans les quartiers populaires pour déconstruire les préjugés antisémites et raciaux. Ce dispositif que nous avons accompagné dès sa création en 2005 avec le club convergences présidé par Amar Dib puis avec les Marianne de la diversité.

Que de souvenirs, le voyage en Pologne pour découvrir le ghetto de Varsovie, le camp de Treblinka, juifs, musulmans unis et recueillis dans cette mémoire douloureuse. Tout le monde était au rendez-vous pour honorer le travail d’Orly, cheville ouvrière de ce dispositif accompagné par la sociologue Joelle Bordet et la psychanalyste Judith Cohen-Solal. Le souvenir de Bornia Tarall aussi qui a été avec les Marianne de la diversité l’interface de ces médiations inédites. Les anciens présidents de l’UEJF étaient là aussi, Yonathan Arfi (2003-2005), Raphaël Haddad (2007-2009), Arielle Schwab (2009-2011), Jonathan Hayoun (2011-2013), Sacha Reingewirtz (2013-2016), Sacha Ghozlan (2016-2019), Noémie Madar (2019-2021) et enfin Samuel Lejoyeux (2021), le président actuel. 

Fadila Mehal, présente dès 2005 avec les Marianne de la diversité, a rappelé combien ces médiations étaient utiles à l’heure du péril antisémite et raciste. Dominique Sopo, président de SOS racisme, a lui aussi mis en garde contre ces temps incertains où le racisme doit être combattu de toutes nos forces.

Article publié le 25 novembre 2021