Invitation à la cérémonie de remise des bourses de recherche des Marianne de la diversité

Le 24 juin 2024 de 17h à 19 h à l’Hôtel de l’industrie, Salle Chaptal, 4 place Saint-Germain des Prés (Paris 75006) – Entrée libre et gratuite : Lien d’inscription.

Les Marianne de la diversité ont souhaité recueillir des connaissances sur les problématiques à l’œuvre dans les quartiers populaires en matière de droits des femmes et de promotion de la diversité.

Elles ont lancé un appel à projet pour offrir des bourses à des étudiante(e) dont les articles ou la recherche abordent les dimensions suivantes : accès aux droits, inclusion, identité et laïcité.

Cet appel s’est réalisé en partenariat avec 5 universités : les universités de Lorraine, de Nice, de Lille, de Metz et le Centre de recherches internationales (CERI). Un jury co-présidé par Yvan Gastaut (Université de Nice) et Fadila Mehal, présidente des Marianne de la diversité, et composé de Piero Galloro (Université de Lorraine), Anne-Françoise Dequiré (Université de Lille), Fatima Besnaci-Lancou, historienne et marraine des MDLD, Catherine Wihtol de Wenden (CERI) et Jocelyne Adriant-Mebtoul, présidente de la commission Diplomatie féministe, enjeux internationaux et européens du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) s’est réuni quatre fois pour désigner les lauréats.

Rencontre avec Fadila Khattabi, ministre chargée des personnes âgées et du handicap

Lors de notre Tour de France des femmes et des mères des quartiers populaires,  nous avons rencontré beaucoup de femmes touchées par l’âge ou une situation de handicap. Elles sont souvent invisibles et silencieuses. C’est pourquoi lors de notre assemblée générale du 27 avril , nous avons souhaité les mettre à l’honneur.

Nous avons créé alors un groupe de travail sur le vieillissement des femmes car, trop souvent,  c’est la figure masculine qui domine sur cette thématique.

Avec notre marraine Djurdjura, La Femme aux Mille Combats et Fatima Sbih Nous avons été reçues par Fadila Khattabi, ministre chargée des personnes âgées et du handicap. Une rencontre pleine d’émotion et d’humanité. Nous avons trouvé en Fadila Khattabi, une interlocutrice bienveillante et attentive à améliorer la situation concrète de nos aînées.

Nous préparons avec son soutien un grand colloque dédié à ces femmes qui ont participé, sans bruit, à notre récit national et qui ont transmis à leurs enfants le goût de l’effort et la résilience. Qu’elles en soient remerciées!

Rencontre avec Aurore Bergé, ministre chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations

Rencontre attendue avec Aurore Bergé ministre déléguée à l’égalité femmes hommes, pour lui présenter les propositions des #mariannedeladiversite issues du Tour de France des femmes et des mères des quartiers populaires (juillet à décembre 2024). Nous avons longuement évoqué les propositions des femmes sur l’école, la police et l’identité… Nous l’avons informée du réseau qui se met en place avec le soutien de la #FondationRaja.

Puis je lui ai présenté aussi notre exposition « Les femmes et la diversité au cœur de la République » pour lui demander une diffusion au sein du réseau national des délégations aux droits des femmes. Elle a manifesté un grand intérêt pour cette expo unique en son genre qui dresse un portrait exhaustif d’un siècle d’histoire de lutte pour les droits des femmes et pour la diversité .
Rencontre positive qui promet des prolongements sur le terrain .
À suivre..

Belle soirée  à l’Espace des diversités et de la laïcité de Toulouse avec la projection du documentaire de Bouchera Azzouz, « Algériennes »

Le film a été suivi d’un débat animé par Ahmed Lrhziel, président de l’association Karavan et Fadila Mehal , présidente des Marianne de la diversité et l’un des personnages du film. Un débat de grande qualité sur le rapport entre la mémoire et l’histoire, la transmission aux jeunes et la place des femmes dans notre récit national. Belle soirée avec un film qui rend visible les femmes algériennes, ces combattantes de l’ombre.

Un festival de Cannes autrement 

Il se passe toujours quelque chose à #Cannes. Le festival international du film bien sûr avec ses paillettes, son tapis rouge,  ses stars et ses outrances. Mais à quelques km de là, au château -magnifique- de #MandelieulaNapoule se tient un autre festival, #VisionsSociales , pour ceux qui aiment le cinéma  qui « nous parle autrement ». 

Ce festival alternatif a été créé par les activités sociales de l’Énergie et promeut un cinéma engagé et en prise avec la réalité sociale. Il a lieu du 18 au 25 mai, avec une programmation riche et éclectique : des films bien sûr mais aussi des débats, des rencontres, des expositions., des concerts. Le thème de cette édition : «  les voix et voies de la paix » était bienvenu dans un monde en pleine turbulence où la guerre,  en Ukraine et au Moyen-Orient, est dans tous les esprits .

La marraine du festival  #LilaSoualem a ouvert le bal avec  son 2ème documentaire « Bye Bye Tibériade »,  récit émouvant de 3 générations de femmes dont la vie a été fracturée par l’exil et la guerre en Palestine. Elle a rappelé, tout comme #ClaudePommery, président de la #CCAS Énergie , que ce cinéma en prise avec la réalité est un puissant vecteur de réconciliation et de compréhension mutuelle.
Une soirée puissante, magique, prolongée tard dans la nuit, sur la baie de Cannes,  par la musique enivrante de #RamziAburedwan et son ensemble #Dalouna.

Revivez en images la restitution du Tour de France des quartiers

Elles sont toutes venues pour restituer les paroles des femmes rencontrées lors du Tour de France exceptionnel des femmes et des mères, organisée par les Marianne de la diversité.
Merci à Olivier MOUSSON, Président de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale de nous accueillir dans la belle salle Lumière de l’Hôtel de l’industrie.
Notre marraine Gisèle BOURQUIN, Présidente de Femmes au-delà des mers.
Notre marraine Bariza KHIARI, Présidente de l’ALIPH et ancienne vice-présidente du Sénat.
L’Histoire des quartiers populaires, c’est aussi le 40ème anniversaire de la marche pour l’égalité de 1983, avec Samia MESSAOUDI, co-fondatrice de « Au nom de la mémoire ».
Première table ronde « Les sentinelles de la cohésion sociale » avec Isabelle MARANE, brigade des mères 19 et 20ème Paris, Stevyne N’ZABA de Sarcelles, Fatima BENJOU, de Mont de Marsan, Mebrouka HADJADJ de La Courneuve.
Deuxième table ronde « Pour la paix dans les quartiers » avec Maud GATEL, députée de Paris et Secrétaire générale du MODEM, Bruno POMART, Raid Aventure, Pierre-Yves BOURNAZEL, Conseiller de Paris, Horizons, Nessrine MENHAOUARA, Maire de Bezons, PS, modération Dalila KAABECHE, Responsable Ile-de-France MDLD.

L’artiste Kabyle DJUR-DJURA accompagnée par Malika à la Lyre égyptienne.
Grand succès des « Beautés de l’ombre » qui incarnent par leur beauté et leur élégance une diversité qui s’assume et revendique sa citoyenneté.
Les colombes de la paix avec l’association Langage de femmes, sa présidente d’honneur Anne-Marie REVCOLEVSCHI accompagnée de Suzanne NAKACHE. Un discours fort qui s’appuie sur la volonté de cheminer ensemble pour faire reculer l’antisémitisme et le racisme.
Les 23 propositions des Marianne de la diversité et des femmes rencontrées, présentées par Fadila MEHAL, Fatima MASSAU, responsable Hauts-de-France MDLD, Dalila KAABECHE, responsable Ile-de-France MDLD.
Pour clôturer le colloque, la présidente du HCE, Sylvie PIERRE-BROSSOLETTE nous a fait l’amitié de se joindre à nous.

Les Mariannes de la diversité, c’est avant tout de la sororité !

Première rencontre avec les femmes et les mères des quartiers populaires, samedi  15 juillet à Beauvais, dans le cadre du Tour de France organisé par les Marianne de la diversité

Sous la houlette de Fatima Massau, coresponsable de l’antenne Hauts-de- France, une quinzaine de femmes et d’associations ont échangé lors d’un petit- déjeuner convivial. L’objectif de cette rencontre est de donner la parole à ces mères pour voir comment elles ont vécu les émeutes de ces dernières semaines après la mort du jeune Nahel.
Les mots utilisés par ces femmes et mamans et qui reviennent souvent dans la conversation sont : 
colère, révolte, honte, inquiétant, un grand échec de l’État, ou encore une tragédie et c’est malheureux d’en arriver là ! La France n’a jamais été autant malmenée. Une autre dit : on est tous et toutes responsables. Une maman a dit aussi : j’ai mal à ma France qui nous a accueilli, mais comment en sommes- nous arrivés là ? 
La responsabilité est partagée, mais je ne suis pas d’accord quand la police tue, dit une autre maman, c’est un policier qui a tiré et tué un gamin, il n’avait pas ce droit. Et de rajouter : nous avons besoin des forces de l’ordre pour protéger les citoyens. Comme dans une famille il faut rester uni dit une autre.
Une épouse de policier présente lors de la rencontre témoigne aussi : on ne parle pas du travail pénible des policiers, on ne parle pas des suicides dans la police, on ne parle pas des policiers tués. Elle rajoute : cela n’excuse en rien le geste tragique du policier qui doit répondre de ses actes.

Après le ressenti, des constations fusent : problèmes de logements ; pourquoi mettre les étrangers dans des quartiers qui sont devenus des ghettos ; pourquoi mettre les jeunes des quartiers dans des écoles zones sensibles ; où est l’égalité des chances dans une école deux poids deux mesures…

Des mamans ont proposé :

  • le retour de la police de quartier pour favoriser le dialogue entre les jeunes et la police ;
  • l’instruction civique à rajouter au programme scolaire dès la primaire ;
  • le service national universel obligatoire avec rémunération d’au moins un mois voire trois mois ; 
  • la mise en place d’une rencontre parents/prof une fois par trimestre pour faire le point et le suivi des jeunes…

Enfin, il faut parler d’Enseignement et non d’Éducation, car l’éducation se fait à la maison, chacun doit assumer son rôle.

Le prix de recherche Femmes-Vie-Liberté sera remis le 9 décembre 2023

Trois prix d’une valeur de 1000 euros chacun seront accordées le 9 décembre 2023 à trois recherches livrées sous la forme d’un article scientifique susceptible d’être publié dans une revue sur les thématiques « Quartiers populaires, femmes, diversité et laïcité ». Le périmètre de recherche est celui de l’ensemble des sciences humaines et sociales ainsi que les sciences politiques, économiques et juridiques. Cet article, d’un volume de 30.000 signes (espaces compris) sera inédit ou tiré de travaux de recherches effectués ou en cours. Ces prix peuvent être octroyée à tous les chercheurs quel que soit leur statut. Un jury constitué de spécialistes de la thématique se réunira pour délibérer en vue d’attribuer ces trois prix.

Les candidatures devront être adressées sous la forme d’une fiche en remplir accompagnant l’article sur un document pdf avant le jeudi 9 novembre 2023 inclus. Les lauréats seront invités à recevoir leur prix à Paris et participeront à une table ronde autour de leur sujet début 2024.

Thèmes retenus :

– Les questions religieuses et identitaires

– L’orientation scolaire

– La gestion de la diversité dans les médias et l’audiovisuel

– La santé notamment le vieillissement et la contraception

Le/la candidat(e) devra déposer auprès du président du jury avant le 15 juin 2023 son dossier composé d’un CV et d’une présentation du projet de recherche entre 4000 et 5000 signes et du cadre de publication envisagé (maison d’édition, revue ou site internet).

Pas de limite d’âge, obligation d’un rendu du travail en novembre 2023.

La cérémonie de la remise des bourses aura lieu le 9 décembre 2023 au centre Jean Vallès à Paris.

Composition du jury :

Coprésidences : Yvan GASTAUT, maître de conférences à l’université de Nice Sophia Antipolis et Fadila MEHAL, présidente-fondatrice des Marianne de la diversité.

Membres : Jocelyne ADRIAN-MEBTOUL  présidente de la commission internationale de la CLEF, Fatima BESNACI-LANCOU, historienne , auteure, Anne-Françoise DEQUIRE, sociologue, maîtresse de conférences à l’Institut Social de Lille ,Emmanuel JOVELIN, professeur de sociologie au CNAM-Paris, Aude RABAUD, sociologue URMIS Paris, Yasmina TOUABIA directrice de Sciences Po Menton, politiste, Catherine WIHTOL de WENDEN, politologue CERI Paris, Piero GALLORO, professeur de sociologie Université de Lorraine.

Universités partenaires :

Université de Nice Côte d’Azur, l’ISL de Lille, CNAM-Paris, URMIS Paris, Sciences Po Menton, Centre Études Relations internationales, Université de Lorraine.

13ème Salon des femmes de lettres – 25 mai 2023 – Cercle national des Armées à Paris 8ème

Le 13ème Salon des femmes de lettres s’est tenu en cette lumineuse soirée, sous la houlette de l’association Cocktail et Culture, pour décerner deux prix féminins : le Prix des femmes de lettres ainsi que le Prix Simone Veil. Ce dernier vise à récompenser, depuis 2012, un ouvrage écrit par une femme, retraçant l’œuvre d’une des femmes marquantes, engagée ou non, de son époque en hommage à l’Immortelle, icône des féministes et personnalité incontournable pour Les Marianne de la Diversité.

Pour le plaisir d’une foule dense et enthousiaste, une soixantaine d’auteures étaient réunies pour dédicacer leurs derniers ouvrages, en présence de la charismatique Michèle Rossi, vice-présidente de l’Association Cocktail et Culture, et amie des MDLD.

Lauréates 2023 : Prix Simone Veil et Prix des Femmes de Lettres

  • Prix Simone Simone Veil 2023 : Félicité Herzog – Une brève libération / Stock
  • Prix des Femmes de Lettres 2023 : Julia Minkowski – Par-delà l’attente / JC Lattès
  • Prix Simone Veil 2023 – Prix de la Mairie du 8ème : Nicole Bacharan – La plus résistante de toutes / Stock
  • Coup de Coeur du Jury 2023 : Elizabeth Gouslan – Scandaleuse Sarah / l’Archipel